L'ostéopathie

Un peu d’histoire

 

L’ostéopathie a été fondée aux Etats-Unis le 22 juin 1874 par Andrew Taylor STILL.

 

Il a eu 2 étudiants notables :

  • John Martin LITTLEJOHN qui a créé la BSO (British School of Osteopathy) à Londres en 1917 et a donc importé l’ostéopathie en Europe.

  • William Garner SUTHERLAND qui a posé les bases de l’ostéopathie crânienne avec la publication de The Cranial Bowl en 1939.

 

La première Ecole Française d’Ostéopathie à Paris a été créée en 1950, mais l’ostéopathie a vraiment commencé à se faire connaître en France à partir des années 1980.

 

Les principes

 

L’ostéopathie est basée sur 4 principes fondamentaux :

  • La globalité : le corps est envisagé dans sa globalité comme un tout. Une douleur peut être due à un choc, une douleur projetée, une adaptation…  un ostéopathe va donc tester tout le corps quel que soit le motif de consultation, car la cause de ce trouble peut provenir d’ailleurs.

  • L’inter-relation entre la structure et la fonction : si la structure d’un organe est altérée, chacun comprend que sa fonction l’est aussi. Mais cela est aussi valable dans l’autre sens. Par exemple, si la fonction respiratoire ne se fait pas correctement avec le thorax et l’abdomen pour permettre l’échange de pressions entre les 2 cavités, la structure du diaphragme (muscle principal de la respiration) va se spasmer, pouvant entraîner une oppression thoracique et/ou un mauvais fonctionnement abdominal…

  • L’homéostasie : cela correspond à la capacité du corps à s’autoréguler. C’est la raison pour laquelle nous laissons passer un peu de temps entre 2 séances d’ostéopathie pour que le corps puisse s’adapter à sa mobilité retrouvée.

  • La loi de l’artère est reine : si les tissus sont mal vascularisés, leur fonction sera altérée. Bien irriguées, les cellules restent en bonne santé et peuvent jouer leur rôle correctement.

 

Les techniques

 

En ostéopathie, il y a un panel de techniques très important pour pouvoir s’adapter aux différentes situations en fonction des motifs de consultation et des patients.

Nous utilisons des techniques :

  • Articulaires : pouvant aller de la simple mobilisation répétée d’une articulation (Traitement Général Ostéopathique) à des techniques précises, rapides et de faibles amplitudes pouvant créer un bruit articulaire.

  • Musculaires : beaucoup de « contracter-relâcher » pour étirer et relâcher les muscles, des points trigger, des traitements tissulaires manuels.

  • Crâniennes : Il existe une mobilité très fine au niveau de la boîte crânienne et des os de la face ; et des techniques spécifiques existent.

  • Fasciales : techniques tissulaires finement perceptibles par les patients, agissant sur les enveloppes conjonctives qui relient ou maintiennent tous les organes et tissus de notre corps.

  • Viscérales (digestives, gynécologiques, urinaires et thoraciques) : tous les tissus et organes ont un mouvement, il convient donc de vérifier le mouvement qui leur est propre.